Unité- Démocratie- Justice sociale

Accueil Contactez-nous Sommaire


Google

 

sur le Web

Sur ufpweb.org

 

Home ] Up ] Texte publié en 2000 suite aux attaques répétées des Flams contre le MND ] [ Non à la capitulation ] - Gourmo à Flamnet ] - À travers le net ] - So neddo sellaani yo safro ] - Sur la politique de dialogue ] - Le betisier politique ] Réponse à Bara Bâ des Flam ]

Non à la capitulation


RASSEMBLEMENT POUR LE DIALOGUE DES NATIONALITES MAURITANIENNES

DEKAALEM/ RDN

Non à la Capitulation !

L’actualité de la semaine est dominée par la capitulation de Haïdallah et de l’attitude désinvolte de Jémil Ould Mansour, responsable d’un islam à rebours mauritanien qui était arrêté à Nouakchott et qui avait profité du putsch du 8 et 9 juin 2003 pour fuir à Dakar où il rejoignit la Belgique qui lui accorda un statut de réfugié politique. Nous avions mené des actions avec lui dans le cadre de la COMEB. Son retour en Mauritanie dans des conditions d’absence totale de sécurité est douteux. A moins qu’il n’ait négocié dans les coulisses comme savent le faire les calculateurs de sa trempe.

D’autre part la main que Haïdallah tend au despote Maawouya ne vise pas à sauver le pays, mais à sauver la dictature Maawouyaiste, à sauver les intérêts personnels de Haïdallah lui même et de son clan. Il nous donne l’impression d’être l’otage des opportunistes de tous poils pressés de goûter aux miettes du régime moribond de Maawouya. Au lieu de refuser la victoire usurpée de son adversaire et s’astreindre à organiser la résistance pour le renverser, il se baisse et se rabaisse en proposant de négocier avec le bourreau de notre peuple.

C’est une honteuse capitulation. Il a déçu beaucoup de gens qui avaient placé leur espoir en lui. Son irruption sur la scène politique en chapeautant Ahmed Ould Daddah, et Messaoud, et sa honteuse capitulation ressemblent fort à un vaste complot ou à un partage de rôle entre lui et Maawouya pour diviser l’opposition Mauritanienne, freiner notre aspiration au Changement, berner le peuple mauritanien, et noyer les problèmes des noirs. Le tourisme ou « l’entrisme politique » de cet homme qui se croyait le messie libérateur ne l’honore pas et ne nous mystifie plus. Dialoguer avec le fascisme, c’est le consolider. Qu’a- t- on promis à Haïdallah pour changer de veste ? Nous le saurons bientôt. Il y a trop de non dits dans sa déclaration de négociation. Il a probablement négocié dans l’ombre de sa retraite carcérale avec le despote de Nouakchott avant de porter cette information devant tout le monde.

Le danger que nous avions perçu depuis longtemps et que nous n’avions cessé de signaler qui nous avez poussé à exprimer notre scepticisme à son égard commence à paraître au grand jour. Il s’est mué en cheval malandreux sur lequel les hommes intelligents ne doivent plus compter. On ne peut pas vouloir être l’homme du changement et tendre la main à l’acteur du despotisme, à l’architecte du racisme, du tribalisme, du crime, de la déportation, de l’assimilation, de l’expropriation des biens d’autrui.

Tendre la main à ce chef barbare, et président d’un Etat barbare est une souillure néfaste et un suicide politique. Non à la collaboration avec le fascisme ! un tel comportement paranoïaque discrédite beaucoup de leaders mauritaniens qui sont en sentinelle permanente auprès de leurs intérêts bassement matériels au détriment de ceux de notre peuple. Maawouya le chef barbare, Président d’un Etat barbare, le symbole de l’arrogance, de l’inculture, de l’incrédulité, de la violence est allergique au dialogue.

Le vaste réseau que « les dialogueurs » ont mis en place pour retarder l’opposition ne prospérera jamais ni ici, ni ailleurs. Ils seront de nouveau victimes de leur propre illusion.

Nous intensifierons la résistance avec tous ceux et toutes celles qui y croient par tous les moyens pour liquider le despotisme et ceux qui aspirent à le consolider par le dialogue.

Mor Maawouya !

Mor ses collaborateurs ! Dekaalem,


HAÏDALLAH L’OTAGE DES OPPORTUNISTES

(Réponse à lo Gourmo)

Une fois de plus, le peuple mauritanien a été poignardé sur le dos par un groupe d’opportunistes invétérés qui a sorti Haïdallah de sa tanière sablonneuse au milieu de ses chameaux pour en faire un candidat à la Présidence de la République, tout en sachant qu’il n’en récolterait qu’un échec cuisant, mais qui leur permettrait de négocier non pas pour libérer le pays du despotisme, mais de jouir de quelques strapontins. Comment gagner cette bataille si au préalable on ne sait pas battu comme au Sénégal et ailleurs pour la réalisation des conditions satisfaisantes de transparence ? Il faut être un Tartuffe tonitruant et marqué par une insanité indécrottable pour croire au contraire.

LO GOURMO, au lieu de laisser Haïdallah s’expliquer lui même, s’est substitué à lui au nom d’un griotisme bon aloi pour défendre l’indéfendable par une argumentation bancale qui cache le remord et une volonté de sauver l’Etat barbare de Maawouya. Non GOURMO ! C’est inadmissible ! Loin de moi de faire la guerre à L’UFP, ni de près ni de loin, ni directement ni indirectement. Je n’y ai jamais pensé. C’est une pure imagination d’un capitulard qui, devant son impuissance congénitale cherche des boucs émissaires pour se justifier et dénigrer d’une façon sibylline les FLAM et DEKAALEM sous le couvert des mots « Radicaux de France et des Excités d’Amériques ». Ceux là, sont de vaillants militants et responsables doués d’une pugnacité indomptable et inextinguible qui n’ont jamais cessé depuis des lustres de taillader les régimes despotiques, assimilateurs, xénophobes, racistes de Mauritanie en vue de résoudre le lancinant problème de la question nationale et tous les autres problèmes sur lesquels notre pays bute depuis l’Indépendance. Ces résistants contre la tyrannie, plus que leur sueur, ils ont écrit l’histoire de notre pays par leur sang. Rien ne sera plus comme avant, en dépit des magouilleurs, des diviseurs, des capitulards instruments d’un régime criminel aux abois. Maawouya vous a piégé en faisant déménager de son bateau qui tangue au milieu des tempêtes tous les rats du PRDS pour occuper la chaloupe de Haïdallah. Ces rongeurs ont rongé l’espoir du changement, ont rongé les possibilités de mouvements et d’actions de Haïdallah. Face à cette ruine imparable de désespoir et de trahison, rien ne nous poussera à bémoliser nos propos. Haïdallah que tu considères comme un montre sacré, encensé, sublimé, avait dirigé la Mauritanie.

Le changement qu’il nous promet aujourd’hui pourquoi ne l’a – t- il pas réalisé quand il était à le tête de l’Etat ? N’a –t-il pas recouru au despotisme à travers son parti unique et inique appelé Structure d’Education des Masses ? N’a- t- il pas appliqué une charia raciale qui ne coupait que les mains de pauvres nègres démunis qui n’exécutait que d’autre mélanodermes désœuvrés par la paupérisation que son régime a sécrétée ? N’a- t- il pas liquidé sauvagement et sans procès le groupe des colonels Kader et Ould Omer et les autres ? Où étaient ses vertus cardinales que tu lui as inventées ? La perte du pouvoir l’a –t – il assagi ? Si tel est le cas, il vaut mieux lui confier l’une des grandes mosquées de Nouakchott et en faire un Imam car être un bon saint- cyrien, ne fait pas forcément un bon politicien.

Quelque soit le contexte, ou le prétexte, ces anciens marxistes reconvertis au populisme et à l’Islamisme blafard, n’ont qu’un seul texte : celui de la collaboration avec les régimes dictatoriaux et racistes. Haïdallah au moins leur avait offert un strapontin ministériel, c’est pourquoi ils en ont fait un malheureux cheval de bataille. Non Gourmo ! Je ne vous fais pas la guerre mais en t’attaquant à nous qui te connaissons très bien, nous te répondons en nous situant exclusivement sur le terrain politique en faisant appel à des faits qui sont têtus. Te rappelles – tu de la conférence organisée par l’OCVIDH à la bourse du travail de Massy Palaiseau ? tout le thème de ta conférence ne s’était focalisé que sur le dialogue avec Maawouya chef d’un Etat barbare. Ce jour là, toute l’Assemblée t’a houspillé, elle s’est retournée contre toi et t’a rudement tancé, y compris le député des verts français Noël Mamer.

Après la conférence, tu avais perdu ton sans froid, tu t’es battu contre ce député qui soutenait notre cause. J’étais venu vous séparer. Recourant au « DENDIRAAGAL » des Halpoular’en, parentés à cousinage, sorte de mécanisme d’extinction des conflits, je t’ai rappelé sous un ton amical nos discussions houleuses au sein de l’organisation des Etudiants Mauritaniens en France avec tous les termes rudes dont nous nous qualifions les uns et les autres. Nous avons explosé de rire, un courant fraternel s’est installé momentanément entre nous au point que je t’ai rendu visite au Havre.

Je ne suis pas un sectaire. Je suis en relation avec toutes nos nationalités opposées à la dictature, à, l’esclavage, au racisme, à l’assimilation, à l’oppression et l’exploitation d’un régime hideux, valet de l’impérialisme. Nous sommes pour une Mauritanie pluri-raciale, pluriethnique et respectueuse de toutes nos différences culturelles et autres. Te rappelles- tu encore de notre conférence de Bruxelles pour la communauté Mauritanienne de Belgique le 16 décembre 2002 ? L’ancien député KEBE Abdoulaye, toi, Jemal Ould Yessa, Jiddou Ould Salek et moi y avions animé une magistrale conférence débat où chacun de nous s’était exprimé librement. Nous avons ces films et ceux de Massy Palaiseau. Tu as affirmé à Bruxelles que les Noirs Mauritaniens sont au Paradis par rapport à ceux de l’Afrique du Sud. Toute l’Assemblée t’a chiffonné. D’autres intervenants au Net t’ont rigoureusement attaqué Ces propos ont entaché ta renommée.

Tu ne sais pas à quel point nos ressortissants de la Belgique t’abhorrent. Ces vaillants militants de la capitale de l’Europe ont mis en déroute les renégats de Maawouya dirigés par le ministre BAH Bocar Soulé et des collaborateurs MBangnois tels que l’ancien ministre DIOP Samba, BAH Aliou Ibra l’ambassadeur de la Mauritanie en Belgique et d ‘autres qui tentaient le 6 octobre 2003 de perturber nos activités à Bruxelles. La presse internationale en a longuement parlé. C’est le sort qui sera réservé à tous les collaborateurs ou dialogueurs ici et ailleurs qui rament contre l’histoire. Ils subiront la sentence inéluctable des Mauritaniens qui trament et qui brament.

Les faux marxistes n’ont cessé de nous déstabiliser, malheureusement, eux aussi ont été victimes de toutes les injustices que nous dénoncions, et n’arrivent pas à saisir l’importance de la question nationale mauritanienne et ses particularités historiques. Bousculés par nos luttes ils ont tenté de la comprendre à travers un livre poussiéreux et rétrograde de Staline appelé question nationale et coloniale. Mais, c’est une autre question sur laquelle je reviendrais dans mes prochains documents pour éclairer les arcanes de la trahison de quelques pseudo révolutionnaires.

C’est Haïdallah qui doit s’exprimer, s’expliquer, se défendre, car il n’a aucun programme. Sa déclaration générale ou profession de foi à l’occasion de la campagne électorale de novembre 2003 est aseptisée, avait évité de se prononcer sur les problèmes réels comme ceux de Messoud leader de l’APP. « Ce document de Haïdallah » semble être écrit par ceux qui le contrôlent aujourd’hui. Tout est critiquable seul DIEU est parfait. Comment souder les fractures nationales provoquées par le Président de l’Etat barbare sans solutionner la question nationale que toi et Haïdallah veulent escamoter ? Rappelons brièvement qu’elle est concomitante à la question sociale que vous aviez longtemps dichotomisée au nom d’un marxisme stérile et étouffant qui privilégiait la lutte de classes comme moteur de l’histoire.

Il est regrettable que vous ayiez confondu cette lutte de classes par la lutte de places. Tu me dis : « KOKO HAALAA HAA DEYYAA ». « MANDE MBAAWDAA PULAAR ? ».Tu faisais partie des éléments les plus zélés au sein de notre organisation des Etudiants Mauritaniens en France qui ne croyaient pas à l’égalité de nos langues, et qui soutenaient fermement l’arabe (comme langue de ciment). C’est mon plaidoyer à notre dernier congrès pour l’égalité des langues qui avait bloqué cette organisation. Tu avais formé un bloc homogène avec les Baasistes, les frères musulmans, les Nassériens, tutti quanti qui s’opposaient à moi qui défendait farouchement l’égalité raciale et linguistique. L’histoire nous a donné raison, notre cause est entendue. Nous n’avons jamais négocié avec nos régimes traîtres. Nous avions combattu. Ce sont nos luttes multiformes et ascendantes dans toutes les structures du poular à l’échelle nationale et internationale qui avaient obligé Haïdallah à officialiser nos langues, à créer l’Institut des Langues Nationales et les enseigner à titre expérimental pendant 6 ans. L’histoire qui ne cesse de nous donner raison vous a condamné.

Oh GOURMO ! cher ami, je ne voulais pas réveiller les morts. Parfois, comme l’archéologue, il faut les ressortir de leurs tombes pour faire triompher la vérité que vous avez toujours tenter de noyer par des diatribes et la collaboration, que Maawouya étouffe par la mythomanie, que Haïdallah escamote par le dialogue. Comment peut il sauver la Mauritanie sans insister sur la création d’une commission d’enquêtes pour faire la lumière sur tous les crimes commis par le chef tribale Président d’un Etat barbare ? Comment ramener la concorde nationale en évitant de solution la question nationale ? Comment ramener l’entente si on ne juge pas les coupables, on n’indemnise pas les victimes, on ne reprend pas tous les licenciés civils et militaires dans leurs fonctions et leur attribuer le paiement intégral de leur salaire ? Comment apaiser les convulsions sociales sans remettre aux propriétaires du Walo leurs terres spoliées par Maawouya, sans ramener tous les déportés et les exilés mauritaniens ? la solution de ces questions et l’éradication de l’esclavage constituent un préalable qui facilitera l’entente et accélérera la solution de tous les autres problèmes facteurs de développement. Ni toi, ni Haïdallah ne vous préoccupez de ces problèmes. Alors, à quoi sert votre dialogue.

La main que vous tendez au pouvoir inquisitorial et insane de Maawouya qui n’a même pas regretté ses fautes, ni présenté ses excuses est une insulte à toutes les victimes de son régime tyrannique. Le dialogue que nous voulons c’est celui entre toutes les nationalités mauritaniennes : Halpoular’en, Araboberbères, Soninké, Haratine, Bambara et Wolofs afin de briser les barrières étanches qui les séparent et secouer la peur qui les anesthésie, les aider elles mêmes à poser leurs propres problèmes et tenter de les résoudre ensemble. C’est à elles de décider dans quel cadre elles veulent vivre et organiser leur avenir. Si nous y parvenons, la chute du chef tribal et Président d’un Etat Barbare sera possible. La mobilisation populaire par ce moyen sera un catalyseur de son renversement.

Les intellectuels peuvent y contribuer mais seules les masses formées, informées, encadrées sont les véritables actrices de leur développement et de toute transformation. C’est ce que Maawouya a compris et s’acharne à diviser pour régner, à récupérer les leaders flapis et à retarder notre lutte. Vous n’apprenez rien de vos erreurs. Vous aviez coopté Ahmed Ould Daddah pour bénéficier de l’aura de son frère Moctar Ould Daddah décédé en Octobre 2003 à Paris. Vous lui aviez confié UFD en périphérisant Messaoud. Vous n’y aviez récolté que des déboires. C’est la même stratégie que vous utilisé à l’endroit de Haïdallah en le parachutant comme une marionnette à la tête de vos formations qu’il ne contrôle nullement. Le jour qu’il tentera de créer sa propre organisation au sein de votre coalition vous le lâcherez. Il n’a pas de base politique. C’est un pantin des autres.

Abdoulaye Wade Président du PDS avait dirigé le front de l’alternance (FAL) lui au moins avait une structure qui lui appartient, mais Haïdallah non. On ne peut pas comparer Haïdallah à Toumani Président du Mali qui avait conduit une transition réussie. Il s’était reconverti dans les mouvements associatifs, avait crée une ONG, avait sillonné et mobilisé tout le Mali avant d’aspirer à rediriger ce pays aux règles démocratiques enviables en Afrique. Tel n’est pas le cas en Mauritanie. Haïdallah n’était pas préparé à ces élections. Il pensait même soutenir Ahmed Ould Daddah. Etant donné que vous détestez ce dernier et Messaoud, vous vous êtes précipité sur Haidallah, vous l’avez sorti de sa retraite, vous en avez fait votre candidat pour neutraliser vos autres adversaires de l’opposition tout en sachant qu’il va échouer, mais la place qu’il occupera à la publication des résultats vous obligera à le pousser à négocier, appelons les choses par leur nom, c’est de l’opportunisme.

Si vous aviez tenu ce langage pendant la campagne électorale votre score serait minable. D’autre part, il y’ a quelque chose de nébuleux dans le procès médiatisé de Haïdallah. Ni Chihbi’h , ni Ahmed Daddah, ni Messaoud, ni les mélanodermes de 1986, ni les soldats exécutés et autre réformés de 1987, ni les putschistes de juin 2003 n’ont bénéficié de ces procès médiatisés. Haïdallah qui est accusait pour des motifs aussi graves a été le seul à s’en sortir aussi facilement. L’ancien Geôlier Jemal Ould Mansour, naguère réfugié politique en Belgique est rentré en Mauritanie après la libération de Haïdallah qu’il soutient. Mis à l’ombre pendant quelques jours, il a été libéré. Tout ceci est obscur.

C’est peut être à tord, mais, beaucoup de gens pensent que le procès de Haïdallah n’a été qu’un simulacre pour le contraindre à accepter la victoire de Maawouya par la négociation. Si tel n’est pas le cas, c’est une capitulation qui renforce l’Etat barbare qu’il prétendait combattre. Cette attitude autistique de votre part qui consiste à fuir la lutte, à flétrir tous ceux qui s’y consacrent et à tenter de vous réfugier dans les rangs de Maawouya par le biais de « Haïdallawouya » est scandaleux. Le dialogue fructueux doit être le résultat d’un rapport de force, un moyen pour des gens en situation conflictuelle qui ont utilisé la violence et n’arrivent pas à aboutir par ce moyen à leurs visés. Il y’a d’autre cas où un homme ou une formation affaiblie peut y recourir pour se ressourcer et préparer sa revanche. C’est peut être le cas de « Haïdallawouya » , mais Maawouya n’est pas dupe. Si le dialogue a porté ses fruits en Afrique du Sud, au sud du Soudan, avec les rebelles de la Casamance, au Mali, au Niger avec les rebelles Touaregs, en Angola, à la RDC ou ailleurs c’est parce qu’il y’a une volonté de dialogue entre le pouvoir et l’opposition pour régler des problèmes ponctuels. C’est totalement contraire En Mauritanie. Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Cette pathologie de la collaboration avec le fascisme qui vous anime est l’ennemi fondamental du changement. Vous êtes les partisans de la facilité, alors que la liberté ne se donne pas, ne se mendie pas, elle s’arrache.

Ceux que tu qualifies de « Radicaux de France » et « des Existés d’Amérique » qui vous vouent aux gémonies ne font que répondre à vos attaques mesquines, perfides, car votre cible n’est pas le pouvoir que vous courtisez, mais ceux qui le combattent. Je ne vous fais pas la guerre. Je constate. Celui qui se sent morveuse se mouche. Peut être que tu t’es identifié dans ce que nous avons dit, mais nous ne pensions ni à toi, ni à ta formation. Si vous avez décidé de dialoguer là où on vous impose le monologue, c’est votre affaire. Au contraire, nous avons décidé de redoubler d’efforts pour combattre le régime criminel de Maawouya et tous ses suppôts.

Par ailleurs nous ne vous considérons pas comme nos ennemis. Quand vous avez été arrêtés, nous n’avions pas fait des motions de soutien à Maawouya comme vous avez l’habitude de le faire chaque fois qu’il frappait vos adversaires. Nous Dekaalem, avons rédigé un communiqué exigeant la libération de Lo Gourmo, de Haïdallah et de son équipe et la démission du régime fasciste de Maawouya Ould sidi Ahmed Taya et la constitution d’un gouvernement de l’opposition. C’est un exemple que l’opposition anglaise avait l’habitude d’utiliser. Nous avons signé une pétition dans ce sens et je suis à la tête de cette liste. Nous avons exprimé notre joie lors de votre libération.

A propos du dialogue dont tu nous tympanises, que le bourreau de Maawouya vous refuse, il a tendu la main aux vrais « Radicaux de France » et aux « Excités d’Amérique » qui ont refusé de dialoguer avec lui tant qu’il ne promet pas de régler les problèmes évoqués. Nous autres, nous sommes au service d’un idéal, d’autres se battent pour obtenir des strapontins. Les Doungourous de Haïdallah lui lèchent ses bottes, et nous, nous bottons ses bottes. Vous le courtisez il vous fuit, nous le fuyions il nous suit. C’est parce que la vérité est de notre coté ; elle seule est révolutionnaire comme disait Lénine.

Je ne vous fais pas la guerre parce que vous l’avez perdue. Nous n’avons perdu que quelques batailles, mais nous gagnerons la guerre.

« KOOK HULBINTAA JULLAARE » ! A Bientôt mon cher ami.

Mourtoudo DIOP. Président Dekaalem / RDN

Paris, le 23 janvier 2004


À: flamnet@yahoogroupes. fr

De:"Mohamadou Saidou TOURE" <msatoure@yahoo. fr>|

Date: Sun, 18 Jan 2004 20:44:41 +0100 (CET)

Objet: [flamnet] Gourmo : Il s'agit de défendre la justice.

Cher professeur. Comme l’a dit Ousmane BA, les querelles d’avant Adam qui opposent le MND à certains leaders d’obédience flamiste n’intéressent pas les jeunes mauritaniens, qui n’ont aucun souvenir de leurs chamailleries de systèmes, auxquelles peuvent succomber, s’ils n’y prennent garde, même de grands esprits. Le propre des systèmes (une certaine conception du communisme en témoigne) est de codifier des vérités absolues et messianiques. La plus naïve (et hélas sanglante !) vérité du stalinisme fut d’avoir, au nom d’une certaine idée de la perfectibilité de l’HOMME, tué imperturbablement l’HOMME. Même un philosophe de l’envergure de SARTRE mit du temps à comprendre que le marxisme, loin d’être l’« horizon indépassable » qui justifiait le zèle de tous les esprits de système, n’était qu’une belle utopie : une contingence historique qui avait eu la prétention de clôturer l’HISTOIRE en érigeant son système de valeurs en VERITES ABSOLUES. Nous savons ce que la vérité perd de sa vérité dans les idéologies. Nous savons que ces vérités deviennent fausses lorsqu’elles obéissent à une mystique, où l’esprit partisan du système oblitère l’HUMAIN. Nous refusons d’écouter les hommes politiques qui gèrent l’HUMAIN avec la froideur des idéologues soumis à leurs appareils politiques. Nous refusons de répondre aux sirènes «patriotistes » entonnées par une gauche nationale qui ne conteste pas radicalement un Etat, lequel a pourtant planifié la déportation et le massacre de ses propres citoyens. Ce que nous voulons, c’est investir l’HUMAIN au cœur des préoccupations des hommes politiques pour qu’ils s’offusquent avec le citoyen ordinaire de tout le sang que l’on a versé impunément. Il devrait s’agir, pour chaque homme politique, de considérer que lorsque l’on franchit une certaine limite dans la déshumanisation, on est en plein cœur de la BARBARIE. Or, il n’y a pas de radicalisme à s’opposer à la barbarie. C’est « le degré zéro » de la civilisation. Seul un esprit de système peut s’opposer avec mépris à la radicalité des opposants à la barbarie. Plus qu’une opposition strictement politique, il s’agit d’un problème éthique qui pose la question de la légitimité d’un Etat, lorsqu’ il s’investit de la mission d’exterminer un Peuple. On aurait voulu vous voir vous opposer radicalement à un Etat qui n’est pas comme les autres avec toute la force de votre éloquence et votre science juridique. Cela vous eût grandi aux yeux de tous les Mauritaniens épris de justice. Avec mon profond respect, votre frère cadet. Thierno.


À : flamnet@yahoogroupes. fr

De : "Ibrahima Diallo" <demba68@hotmail. com>

Date : Sun, 18 Jan 2004 01:45:22 +0100

Objet : [flamnet]

Au porte parole de l'Ufp en Europe, des excuses de votre part s'imposent ! Monsieur LO Gourmo Abdoul, Nous regrettons votre dernière sortie injustifiée contre nous. L'heure étant à l'apaisement des coeurs et des esprits, nous avons mieux à faire que ces guéguerres sans lendemains. Nous gagnerions plus à voir cette ire deversée sur Ould Taya, qui, contrairement aux FLAM, a mis le feu en nos coeurs et en notre commune maison. Nous ne sommes vos ennemis Monsieur LO Gourmo Abdoul. Vous rappelant que Monsieur DIOP Mourtodo, qui, plus est, n'a jamais appartenu à notre Organisation, n'a pas signé son posting au nom des FLAM, mais par celui de sa formation propre ; le DEKALEM, alors, les civilités voudraient que vous retiriez vos accusations insultantes. Avec mes meilleures salutations. Ibrahima DIALLO La Lutte continue


À:flamnet@yahoogroupes. fr De:"Ibrahima Diallo" <demba68@hotmail. com>

Date: Sun, 18 Jan 2004 21:20:44 +0100

Objet: RE: [flamnet] Quelles excuses, Monsieur Ibrahima Diallo des FLAM ?

A monsieur LO,

Je pense que vous et moi, devrions ici, mettre un terme à cette polémique qui ne risque pas d'aboutir. Je vous avais simplement demandé de retirer l'insulte que vous nous aviez jetée à la figure. N'ayant pas souvenir qu'un des excités d'Amérique ou des Radicaux de France vous ait dit, les dernières 144 heures qui ont précédés votre posting, quoi que ce soit qui mériterait que vous déversiez sur nos camarades votre ire. Que vous décidiez de passer outre ma suggestion amicale, ne me ferait jamais vous suivre dans cette pente sans fond, car, ce sont, comme vous avez eu sûrement à le dire par le passé, nos ennemis ou notre ennemi qui en profiterai(en)t.

C'est Mourtodo Diop qui a écrit et, en ma connaissance, il n'est ni MPAïste, ni MENiste, ni UDMiste, ni ODINAMiste, mais Mourtodo Diop, le Président de DEKALEM. Il a un référent plein qui ne soit pas le même que celui des cyberpolémistes et leurs clones. Si je peux oser, nous sommes les Forces de Libération Africaines de Mauritanie, une dissolution réussie de toutes différences d'idéologie, d'attitude, de comportement, de représentation, de sentiments,... Je ne voudrais pas me mettre à penser que vous faites partie de ceux qui cherchent à nous morceler pour mieux nous croquer. Alors, mon professeur, nous ne sommes pas à diviser en excités, en radicaux et en doucereux. Nous sommes les Forces de Libération Africaines de Mauritanie.

Je suis certes de très loin votre cadet, et, c'est justement ce devoir qui m'impose de vous rappeler que vous n'êtes pas, et vous ne pouvez pas être mon ennemi. Une fois encore, taisons nos petites querelles et mobilisons nos énergies pour le plus essentiel, le départ de Ould Taya et la destruction du système qu'il défend.

La lutte continue!


À: flamnet@yahoogroupes. fr

CC: "Abdarahmane Wone" <wonea16@ecc. edu>

De: "Mohamadou Saidou TOURE" <msatoure@yahoo. fr>

Date: Tue, 20 Jan 2004 15:22:39 +0100 (CET)

Objet: Re: [flamnet] Gourmo et Taya : Deux hommes et une même visée

Cher Abda!

Je tiens à te dire publiquement que tu as tort. Discussion n'est pas dispute. En étant en complet désaccord avec ton "Dêdé" (frère aîné) El Hadj, tu ne l'aurais jamais injurié. Or, M. Gourma doit avoir à peu près l'âge d'El Hadj, que tu révères et respectes. Tes propos à son égard sont inconvenants, même s'il a eu l'erreur, humaine, de te qualifier, avec tes camarades, "d'excités de l'Amérique. " Ta réaction est disproportionnée et excessive. En outre, un soupçon n'est pas une preuve: ni toi, ni Samba DIA, ne peut prouver qu'il travaille pour TAYA: sa situation professionnelle le préserve de tout besoin matériel. C'est à ses idées et à ses certitudes qu'il faut s'attaquer et rien qu'à elles seules. Si tu as l'occasion de lui présenter en aparté tes excuses, fait-le, pourvu qu'il les accepte; car, tu bafoues, tout de même, sa dignité. En ce qui me concerne, j'arrête là le débat. Il y beaucoup de gens à qui ces honteux pugilats cybernétiques profitent. Avec mes salutations.

Ton frère Thierno


À : flamnet@yahoogroupes. fr

De : "Abdarahmane Wone" <wonea16@ecc. edu>

Date : Tue, 20 Jan 2004 12:57:01 -0500

Objet : [flamnet] Pour Thierno

Je sais et tu le sais très bien, j'ai suffisamment le sens de la mesure et je ne suis pas un homme léger qui prend les décisions à la va vite. Avant d'écrire je prends le temps de réfléchir et de peser mes mots. Gourmo a choisi publiquement de polémiquer et non d'échanger qu'il s'assume. C'est monsieur Lo qui a voulu nous traîner dans la boue en nous insultant qu'on aille jusqu'au bout. Je ne suis pas de ceux qui cèdent au sentimentalisme qui dessert notre cause. En réitérant tout ce que j'ai eu à dire j'attends de pied ferme toutes les réactions. Sincèrement, Abda Wone


À : flamnet@yahoogroupes. fr, basamba2003@yahoo. fr

De : "Ibrahima Diallo" <demba68@hotmail. com>

Date : Tue, 20 Jan 2004 22:59:06 +0100

Objet : Re: [flamnet] Au porte parole de l'Ufp en Europe, des excuses de votre part s'imposent ! A mon très cher Samba, Je pense que mon grand frère Gourmo a répondu. A moins de vouloir en rajouter, votre réponse à quelque chose de déjà oublié ne s'imposait pas. Et la guerre des tranchées entre vous et moi n'aura pas lieu. Nous aurions pu nous épargner tous ses écarts malheureux. Puissions-nous raison garder et vaincre notre mal.

La lutte continue.


À: flamnet@yahoogroupes.fr De: "Mohamadou Saidou TOURE" <msatoure@yahoo.fr> | Ce mail est un spam | Ajouter au carnet d'adresses Date: Tue, 20 Jan 2004 02:13:59 +0100 (CET) Objet: Re: [flamnet] Gourmo : Il s'agit de défendre la justice. Cher professeur.

Par respect pour l’aîné que vous êtes, je ne me sens pas le cœur de vous dire que vous avez travesti ma pensée. Il importe tout de même de lever une équivoque : je n’ai pas fait le procès du communisme, mais d’une certaine conception du communisme; en l’occurrence le stalinisme, en tant que totalitarisme messianique et sans nuances. Je cherche vainement, pour ma part, à trouver dans mon texte la moindre trace d’un "anti-communisme primaire» ! J’ignore, il est vrai, la logique déductive de la psychologie des profondeurs et n’ai point la révélation infuse des psychocritiques ! Suffit-il de pourfendre l’esprit de système pour être listé et répertorié « ultra-libéral» ? Pour votre connaissance, Ignace RAMONET est mon éditorialiste favori. Je ne crois pas qu’on lui connaisse des positions ultra-libérales. Passe encore que mon impertinence soit mise sur le compte de ma « verdeur d’esprit» et de ma « juvénile innocence» ! Je n’ai aucun mouvement d’humeur à manifester à cet égard, étant donné les valeurs de notre culture gérontocratique qui recommandent de révérer l’aîné! Mais, écrire sans sourciller (même à cause d’une divergence doctrinale) que « l’humanisme» prôné par l’ultralibéralisme «est éculé» est troublant! Sans «moralisme phrasien», je crois savoir que l’HUMANISME EST LA SEULE VALEUR QUI DOIT ETRE INDEPASSABLE ! Il est vrai que les techniques staliniennes de «narco-analyse» avaient hardiment résolu le problème de l’HUMAIN en chosifiant l’HOMME et que le propre de la phraséologie totalitaire est d’être débridée. Quant à mon rôle d’arbitre, c’est vous qui me l’apprenez pour la première fois. A ma connaissance, je n’ai jamais été médiateur entre quelques partis ou mouvements politiques que ce soit. Je ne représente rien d’autre que les pans de mon boubou et n’ai pas vocation sacerdotale à arbitrer entre des «IDEES» et «DES ABSTRACTIONS» (c’est ainsi que Camus définit les idéologues). Je me suis, en revanche, plusieurs fois élevé contre certains excès de langage sur le net. Je n’ai pas toujours pris le parti des amis que vous m’attribuez, dont certains signent sous des pseudonymes. Il n’est, pour s’en convaincre, qu’à consulter les archives. Je désapprouve et condamne toute attaque personnelle. Il est bien dommage que vous puissiez penser que j’approuve que l’on vous insulte ou injurie. Lorsque j’ai eu mon bac, il s’est trouvé un certain Gourma LO, alors professeur à l’université de Nouakchott, pour faire tout son possible (sans succès malheureusement) pour que je puisse bénéficier d’une bourse d’études à l’étranger. Je garde en mémoire ses chaleureuses félicitations et toute l’énergie qu’il a dépensée pour m’aider. Je ne peux pas donc avoir un problème personnel avec vous. Mais, rien ne m’empêche de critiquer l’homme politique que vous êtes et de prendre le parti de mes «amis» cybernétiques, si je trouve qu’ils défendent des valeurs justes ; même si c’est vous que je connais personnellement ! Avec mon profond respect!


De : Mohamadou Saidou TOURE <msatoure@y...>

Date : Mercredi 21, Janvier 2004 19:57

Objet : Re: [flamnet] Abda n`est pas insulteur

Cher Yakhya!

Je présente mes excuses à tous ceux que mon message a choqué, à commencer naturellement à Abda, à qui me lient des liens indissolubles de fraternité. Aucune intention malveillante n'a motivé mon acte et Abda, qui ne me considère rien de moins que son frère "de lait", le sait mieux que tous les lecteurs de flamnet. Sans doute, il eût mieux valu lui écrire en privé, à défaut de lui téléphoner. Je m'excuse auprès des FLAM. Malgré ses fonctions politiques, nos rapports n'ont jamais été que privés et familiaux. En outre, il est vrai, comme l'ont dit certains, que l'on doit faire de la politique sans sentimentalisme. Je ne partage pas les idées de M. Gourma LO, dont je ne prends donc pas la défense. Je les ai ouvertement critiquées, à visage découvert, sans lâcheté aucune. Thierno.


De : "Abdarahmane Wone" <wonea16@e...> Date : Vendredi 23, Janvier 2004 16:11

Objet : AUX OBSEQUES DU MND-UFP:MOURTOUDO PRESIDE LA SEANCE

Le Doyen Mourtoudo Diop vient de faire son apparition. Il est venu a un moment très important de l’Histoire politique de notre pays. Injustement attaqués et baffoués dans notre dignité, nous étions contraints d’administrer a Gourmo une lécon dont il se souviendra pour le reste de sa vie. Ces coups plongeront le MND-UFP dans un coma irréversible. Et Mourtoudo Diop, en maître de cérémonie, de présider les obsèques de ce qui fut naguerre MND/UFP. Maintenant que ceux qui avaient pour mission de retarder notre lutte sont rayés du paysage politico-mediatique de notre pays, il faut penser au vrai dialogue entre toutes les forces patriotiques et progressistes du pays. Ce vrai dialogue mènera au renversement du régime Taya pour le changement de systeme. A la quatrième génération des militants et sympathisants des Flam que nous sommes, je demande de continuer d’être agréables et conciliants mais ferme lorsque le moment l’impose. Nous venons, sans timidité aucune, de mettre terme au Mouvement National Démocratique-UFP, il faut se tourner vers l’avenir et multiplier les actions et autres démarches pour la libération nationale et totale du peuple mauritanien.

Enfin ici gît le corps du défunt MND-FRUIDEM-UFP.

Que la terre de Flamnet lui soit légère .AMEN !

Abda Wone


Home ] Texte publié en 2000 suite aux attaques répétées des Flams contre le MND ] [ Non à la capitulation ] - Gourmo à Flamnet ] - À travers le net ] - So neddo sellaani yo safro ] - Sur la politique de dialogue ] - Le betisier politique ] Réponse à Bara Bâ des Flam ]

See who's visiting this page.

View Page Stats

 

Pour toute question ou remarque concernant l'Ufp ou ce site Web,
écrire à admin@ufpweb.org
Copyright © 2005