Unité- Démocratie- Justice sociale

Accueil Contactez-nous Sommaire


Google

 

sur le Web

Sur ufpweb.org

 

Home ] Up ]

Kadiata malick à propos des réfugiés


Entretien du journal El Alam avec

Kadiata Malick Diallo, vice-présidente de l’UFP

(20-02-06)

Question : Quelle est la position de votre parti à propos de la question des déportés ?

Réponse : C’est une question douloureuse qui fait partie d’un ensemble de violations des droits de l’Homme commises dans notre pays dans les années 1989, 1990, 1991. Notre parti a toujours condamné ces faits et exigé des réparations par le rétablissement des victimes dans leurs droits.

Question : Existe-t-il une possibilité pour leur retour ?

Réponse : Il s’agit de Mauritaniens qui ont été bannis de leur pays, spoliés de leur dignité en tant que citoyens et qui vivent depuis bientôt dix sept ans dans des camps de réfugiés au Sénégal et au Mali voisins. Ils réclament un retour organisé et le recouvrement de leurs droits. Il n’y a rien de plus naturel.

Question : Les préalables posés par les déportés sont-ils réalistes et applicables ?

Réponse : Les préalables qu’ils posent sont compréhensibles car au moment de leur déportation, ces Mauritaniens ont été dépouillés de tout : leur état-civil, leurs terres, leur bétail, ou licenciés de leur emploi etc. Leur demander de revenir sans préparation des conditions de leur réhabilitation équivaudrait à créer une situation de conflit avec leurs concitoyens qui ont été autorisés à occuper leurs villages, à cultiver leurs terres...

D’ailleurs une bonne partie de ces réfugiés, prenant au mot les autorités d’alors, ont organisé, avec l’appui du CHR, leur auto rapatriement. Malheureusement, beaucoup de ceux qui sont rentrés n’ont pas pu recouvrer tous leurs droits ou continuent de vivre en parias dans leur pays. Et la plupart des fonctionnaires n’ont pas retrouvé leur emploi. Que dire des terres et du bétail ?

Dans le département de Ould Yengé, les autorités locales continuent de refuser à des habitants d’un village peul de se réinstaller dans leur ancien village ; certains sont même arrêtés pour avoir construit une hutte où s’abriter.

Un autre problème qui pourrait également se poser dans le cas d’un retour non organisé, c’est la possibilité pour de non Mauritaniens de se mêler à ce mouvement. Il serait en effet difficile de faire le discernement. On a donc tout intérêt à organiser ce retour.

Question : Le parti déploie-t-il des efforts à ce propos ?

Réponse : Notre parti n’a ménagé aucun effort pour trouver des solutions aux problèmes cruciaux du pays, en particulier à la question des déportés. Ses prises de position politiques à cet égard sont sans équivoque ; et dans le cadre du dialogue qu’il a essayé d’entreprendre avec l’ancien pouvoir, il n’a pas raté une occasion pour poser ce problème. Il continue de le faire avec le nouveau pouvoir. Le président de mon parti en a déjà discuté avec le président du CMJD et nous souhaitons vivement qu’une juste solution soit trouvée le plus tôt possible.

Question : Selon vous, quelles mesures doit-on prendre pour permettre le retour des seuls réfugiés mauritaniens, à l’exclusion d’autres ?

Réponse : J’ai déjà répondu en partie à cette question. La meilleure garantie serait de procéder à un recensement sur le terrain avec le CHR qui gérait ce dossier. On pourrait également constituer en Mauritanie même une commission nationale composée de personnalités connues pour leur sagesse, leur honnêteté, afin d’appuyer ce recensement et pour aider à l’organisation d’un tel retour. Dès qu’on cherche une solution, on la trouve.

Question : La conjoncture actuelle est-elle propice au retour des réfugiés ?

Réponse : Ce n’est qu’une question de volonté politique. Vous avez vous-même fait un reportage dans les camps. Je pense que vous avez pu mesurer le degré d’attachement de ces Mauritaniens à leur pays. Oui, la conjoncture actuelle est bien favorable au retour des réfugiés.

 

Agrandir

Kadiata Malick Diallo, vice présidente de l'Ufp, parmi des populations

 

Agrandir

 

Home ]

See who's visiting this page.

View Page Stats

 

Pour toute question ou remarque concernant l'Ufp ou ce site Web,
écrire à admin@ufpweb.org
Copyright © 2005